Collecte : en recul jusqu’à la mise à l’herbe


En France, la production a beaucoup reculé sur les 10 premières semaines de 2021, à -3%. Cette baisse s’explique notamment par la réduction du nombre de vaches laitières (-2%) mais aussi par le prix élevé des aliments et la piètre qualité du maïs ensilé.

Les niveaux de production en recul devraient perdurer jusqu’à la mise à l’herbe, et réaugmenter ensuite si le marché des ingrédients laitiers continue à être bien orienté.

 

Prévisions UE : une demande à la hausse en 2021

Mais cette reprise prévisible de la collecte sera limitée par la réduction des effectifs : l’IDELE prévoit une nouvelle baisse de 1,5 à 2% du nombre de vaches laitières en 2021 (sous le double effet de la baisse du nombre de génisses et du nombre élevé de cessions de fermes, parfois sans reprise).

Dans les autres pays européens, l’IDELE prévoit aussi la baisse du cheptel laitier en Allemagne, sa stagnation aux Pays-Bas et son augmentation dans les autres pays laitiers de l’UE. Au total, la baisse du nombre de vaches laitières atteindrait 1% en Europe sur 2021, la production totale de lait augmentant de 0,7 à 1,3%, soit environ 1,5 milliards de litres de lait.

Concernant les produits laitiers, la demande européenne est prévue à la hausse, de 2% pour les fromages, 1.5% pour le beurre et 1% pour la PDL.

GP-FR-NON-210400021



Source link