Comment gérer la qualité du lait à partir du mois d’avril 2021 ?

[ad_1]

Dans plusieurs études, la qualité du lait est vue comme un cercle vertueux et la démarche GTE (Gestion Technico-Economique) proposée par EILYPS le confirme : en maîtrisant la qualité du lait, en particulier les taux cellulaires, les réformes ne sont plus subies, les besoins de renouvellement diminuent, ce qui permet d’adapter sa stratégie d’exploitation, d’augmenter les produits autres que le lait et de ne pas gaspiller sa génétique. Mais plus que tout, ce que les éleveurs, qui ont amélioré leur qualité du lait, rapportent, c’est le retour à la sérénité, le plaisir de traire, la satisfaction de livrer un produit de bonne qualité aux consommateurs…

Donc même si vous notez une baisse « brutale » de 20 à 25% des taux cellulaires de votre exploitation, ne relâchez pas la vigilance. Aujourd’hui on sait qu’une vache entre 150 000 cellules/mL et 300 000 cellules/mL a très probablement un quartier déjà infecté. Donc pour le pilotage du troupeau, on regarde plutôt le pourcentage de vaches inférieures à 150 000 cellules/mL. L’objectif actuel, pour être serein en qualité du lait, est d’avoir plus de 75% des contrôles inférieurs à 150 000 cellules/mL. Avec une baisse de 20% des valeurs cellulaires avec le nouvel étalon, il faudra donc être encore plus exigent sur l’observance de cet indicateur et viser plutôt un minimum de 80% de vaches inférieures à 150 000 cellules/mL.

Si vous souhaitez être accompagné sur cette thématique, n’hésitez pas à contacter votre conseiller ou l’équipe qualité du lait.

[ad_2]

Source link