Relations entre antécédents maternels et santé – performances des génisses laitières

[ad_1]

Il est de plus en plus évident, d’après la littérature scientifique, que
les caractéristiques environnementales et maternelles durant la gestation
peuvent influencer la santé, la reproduction et les paramètres de production
chez les Ruminants. Mais il existe peu d’études épidémiologiques établissant l’importance
des antécédents maternels (historique anténatal) sur les critères de production
des animaux d’élevage au sens large.

L’objectif
principal de cette étude américaine est d’évaluer si la santé, la survie et les
performances des génisses laitières, de la naissance à la première lactation, sont
associées à la parité et à l’état de santé de leurs mères.

Cette analyse rétrospective a traité les
données de 1.811 génisses laitières d’un gros élevage laitier situé en Floride,
entre la naissance et 305 jours de lactation (fin de la première lactation).
Ces génisses ont été réparties en 3 groupes :

  • Issues
    de vaches primipares (qui n’étaient donc pas en lactation durant leur
    gestation),
  • Issues
    de vaches multipares « saines » (pas de maladie durant la lactation
    précédente),
  • Issues de vaches multipares
    ayant eu au moins une affection clinique durant la précédente lactation (rétention
    placentaire, métrite, mammite, boiterie, troubles digestifs ou respiratoires).                      

L’évaluation des génisses a inclus les caractéristiques génotypiques et phénotypiques à la naissance, la morbidité, la reproduction et la réforme sur la période naissance-305 jours de la 1ère lactation.

Les principaux résultats significatifs (a ≠ b ≠ c) de cette étude comparative sont récapitulés dans le tableau ci-après :

  • Les génisses issues de vaches primipares sont plus légères à la naissance, ont un taux de réforme plus faible et subissent moins d’avortements (au-delà de 45 jours) par rapport aux autres groupes.
  • Les génisses issues de vaches multipares saines ont moins d’affections cliniques durant leur première lactation, vis-à-vis des 2 autres groupes.
  • Les génisses issues de multipares ayant présenté des troubles de santé au cours de leur précédente lactation ont un taux de réforme plus élevé, malgré de moindres troubles digestifs en première lactation.

En conclusion, la parité et l’état de santé des mères dans leur précédente lactation sont significativement associés à la morbidité, à la survie et aux performances de leurs filles de la naissance à la première lactation : ce sont en effet des facteurs pouvant affecter le développement in utero des futures génisses.

Résumé Publication “Associations between maternal characteristics and health, survival,
and performance of dairy heifers from birth through first lactation”.
Carvalho M.R., Aboujaoude C., Peñagaricano F., Santos J.E.P., DeVries T.J., McBride B.W., Ribeiro E.S.
Journal of Dairy Science. October 2019. 103: in press.

GP-R-FR-NON-200200003

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *