source d’activités locales en France –

[ad_1]

24 000 emplois ancrés en régions

Au total, la filière du lait de consommation représente en France environ 24 000 emplois : 6 000 emplois directs et environ 18 000 emplois indirects. Source d’activité dans les zones rurales, la filière participe à la vitalité économique des différents territoires de France.

Une trentaine de laiteries implantées dans toute la France

Les laiteries sont situées au plus près des producteurs de lait pour faciliter la collecte. En France, une douzaine de sociétés conditionnent du lait de consommation sur une trentaine de sites répartis sur tout le territoire.

 

57 000 élevages laitiers à taille humaine dans les campagnes

Riche de terroirs différents, avec un climat tempéré propice à la prairie et aux cultures, la France est, par nature, un grand pays laitier. Présents dans plus de 90 % des départements français, les éleveurs laitiers, le plus souvent indépendants, adaptent leurs modes de production aux différents terroirs de France pour produire le meilleur lait.

Leurs 57 000 élevages laitiers sont à taille humaine et comptent en moyenne moins de 80 vaches. Le lait issu de leur production est destiné à la fabrication de l’ensemble des produits laitiers, dont le lait de consommation.

 

Une logistique de proximité pour une empreinte carbone réduite

La trentaine de laiteries implantées en France sont localisées au cœur des bassins laitiers. Les éleveurs ont ainsi la possibilité de livrer leur lait à des laiteries situées au plus près de leurs fermes, limitant l’empreinte carbone du lait français. En moyenne, seuls 10 kilomètres de parcours sont ainsi nécessaires à la collecte de 1 000 litres de lait.

De plus, les laiteries forment les chauffeurs ramasseurs à l’éco-conduite pour limiter encore davantage l’empreinte carbone. D’ici 2020, ils seront 9 sur 10 à avoir suivi cette formation.

 

Le bien-être des vaches au cœur des priorités de l’éleveur

Une alimentation en priorité issue de la ferme

La quantité de lait et sa qualité dépendent de l’alimentation de la vache. L’éleveur assure donc à son troupeau une alimentation équilibrée et adaptée à ses besoins. Les vaches laitières sont majoritairement nourries avec des fourrages produits et récoltés sur la ferme : herbe pâturée, foin et maïs ensilés. S’ils sont achetés (par exemple : tourteau, céréales), l’éleveur sait parfaitement identifier leur provenance.

En moyenne, plus de 90 % des aliments sont produits sur les exploitations elles-mêmes et 98 % en France.

 

L’étable : un bâtiment dédié au bien-être

L’étable assure le confort et la santé des vaches laitières, lorsque les conditions météorologiques ne leur permettent pas de sortir en pâturages.

Pour assurer le bien-être des vaches, le bâtiment est conçu pour permettre une bonne circulation de l’air, avec un taux d’humidité maîtrisé. Ce bâtiment, parfaitement ventilé, mais interdisant les courants d’air, est composé de trois espaces distincts pour : le repos de chaque vache, l’alimentation, la traite. Il est conçu de façon à permettre à l’éleveur d’assurer la propreté des animaux en toutes saisons.

 

La bonne santé des vaches : une priorité

Le lait livré à la laiterie doit provenir uniquement d’animaux sains et en bonne santé. Le lait des animaux sous traitements médicaux n’est pas collecté et l’absence de résidus médicamenteux est rigoureusement contrôlée. Ainsi, 100 % du lait mis sur le marché est exempt de résidus antibiotiques.

Il est donc essentiel pour l’éleveur de veiller à la bonne santé de ses vaches afin d’éviter de produire un lait qui ne pourra pas être collecté. En contact quotidien avec son troupeau, l’éleveur tient ainsi un registre d’élevage, véritable tableau de bord sanitaire, zootechnique et médical de l’élevage. Chaque veau est identifié à la naissance avec un numéro officiel qui va le suivre toute sa vie. Ce numéro d’identification, porté par une boucle à chaque oreille, permet d’assurer une traçabilité parfaite, notamment pour les informations enregistrées dans le carnet de santé (analyses, dépistages, vaccins, ordonnances et traitements vétérinaires).

 

La qualité du lait étroitement contrôlée dès la ferme

Le lait que produit la vache est soumis à des contrôles rigoureux et réguliers. À chaque passage du camion de collecte, un échantillon de lait est prélevé dans le tank de la ferme. En cas de problème détecté au dépotage à la laiterie, il pourra être ainsi analysé. Mais de façon systématique, tous les mois, et pour tous les producteurs de lait en France, trois échantillons sont analysés de manière aléatoire. Les résultats de ces analyses (composition nutritionnelle et qualité sanitaire) déterminent le prix mensuel du lait payé à l’éleveur. Ces contrôles représentent ainsi plus de 200 analyses par ferme et par an réalisées par les laboratoires interprofessionnels.

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.